Risques cardiaques possibles dus à l’utilisation de la pilule à long terme

Au fil des ans, environ 100 millions de femmes dans le monde prennent des contraceptifs oraux à forte teneur en œstrogènes. La majorité de ces pilules, qui ont été commercialisées pour la première fois en 1960, intègrent des œstrogènes et des progestatifs artificiels à différents dosages et sont réputées comporter un léger risque de caillots sanguins et d’hypertension.

Une petite étude belge suggère que l’utilisation prolongée de contraceptifs oraux pourrait augmenter les risques d’accumulation dans les artères, ce qui peut accroître le danger de maladie cardiovasculaire. L’étude doit faire l’objet d’un examen plus rigoureux, mais son importance ne peut être sous-estimée en raison du grand nombre de femmes qui prennent aujourd’hui la pilule.

Néanmoins, le Dr JoAnn Manson, chef du service de médecine préventive au Brigham and Women’s Hospital de Boston, affilié à Harvard, pense que cette théorie ne devrait pas déclencher d’alarme chez les femmes. Et bien qu’elle n’ait pas participé à la nouvelle étude, qui a été présentée mardi lors d’une conférence de l’American Heart Association en Floride, elle a indiqué que de nombreuses études antérieures n’ont pas constaté de forte augmentation des arrêts cardiaques chez les utilisatrices de comprimés. Mme Manson a ajouté qu’étant donné que les comprimés sont actuellement considérés comme présentant un faible risque de formation de caillots sanguins et d’hypertension artérielle pour les femmes qui les prennent, on pense que toute menace supplémentaire d’arrêt cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral est liée à ces deux effets.

Dans le cadre d’une étude d’observation de longue haleine menée dans la ville d’Erpe-Mere, des scientifiques de l’université de Gand, en Belgique, ont étudié environ 1 300 femmes en bonne santé âgées de 35 à 55 ans pour tenter de trouver d’autres indications de risques cardiaques parmi les utilisatrices actuelles et passées de comprimés. Selon le Dr Ernst Rietzschel, chercheur principal de l’étude, environ 81 % d’entre elles avaient effectivement pris des pilules contraceptives pendant plus d’un an à un moment donné de leur vie. Les résultats de l’étude belge sont très proches de ceux des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies qui ont mené une étude similaire sur des femmes américaines âgées de 15 à 44 ans.

Des échographies ont été réalisées sur les artères de leur cou et de leurs jambes pour essayer de trouver des accumulations appelées plaques. On a constaté une augmentation de 20 à 30 % de la prévalence des plaques pour chaque tranche de 10 ans d’utilisation de contraceptifs oraux. Bien que les plaques puissent être suffisamment petites pour ne pas obstruer une artère, on pense que toute plaque augmente le risque de maladie cardiovasculaire. Les scientifiques ont admis qu’ils ne disposaient d’aucune information permettant de déterminer si la présence de plaques se traduisait par un risque réel d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral dans le groupe.

De nombreuses femmes de l’étude avaient en fait pris des pilules contraceptives de première génération, qui contenaient deux fois plus d’œstrogènes que celles vendues en pharmacie aujourd’hui. Et bien que les dosages et la durée d’utilisation constante de la pilule comptent beaucoup en termes d’évaluation des effets, les scientifiques belges ne disposent pas de suffisamment d’informations ou de faits pour fonder une analyse médicale définitive, a déclaré le Dr Daniel Jones, cardiologue à l’université du Mississippi et président de la Heart Association.

« Il pourrait s’agir d’une étude essentielle », a déclaré le Dr Jones, qui doit être testée dans le cadre d’études plus vastes et plus rigoureuses, dans lesquelles un groupe de femmes reçoit des pilules, un autre non, et leur santé est soigneusement surveillée pendant une longue période par la suite.

Mme Rietzschel assure aux femmes qui s’inquiètent des risques cardiaques qu’il n’est pas nécessaire d’abandonner la pilule contraceptive, mais qu’elles doivent suivre les directives relatives à son utilisation et éviter d’autres facteurs qui augmentent les risques cardiaques, comme le tabagisme, l’obésité et le manque d’exercice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.